Suivi des impacts des activités aurifères sur le Plateau des Guyanes : forte augmentation globale depuis 2008

Le WWF Guianas annonce la publication de l’étude « Monitoring the Impact of Gold Mining on the Forest Cover and Freshwater in the Guiana Shield » analysant l’impact de l’orpaillage sur les forêts et les cours d’eau du Guyana, du Suriname, de la Guyane et d’une partie de l’Etat brésilien de l’Amapá.

Cette nouvelle étude révèle une pression minière grandissante sur les écosystèmes des Guyanes sur la période 2008-2014, par rapport à la période précédemment étudiée 2001-2008. Sur l’ensemble de la période étudiée (2001-2014), les forêts et fleuves des Guyanes continuent de payer un lourd tribut à l’explosion de l’exploitation aurifère incontrôlée.

Ce nouveau travail a été coordonné par l’Office national des forêts (ONF) dans le cadre du projet REDD+ pour le Plateau des Guyanesavec le soutien financier du WWF. Il est basé sur l’analyse d’images satellite, réalisée par les services forestiers ou environnementaux dans chacun des quatre territoires d’étude, puis compilée par l’équipe du projet.

Selon les résultats les plus récents, entre 2008 et 2014, la déforestation minière a doublé à l’échelle des quatre territoires, couvrant un total de 160 850 ha. Cette perte de couvert forestier affiche un léger recul en Amapá et une augmentation de 16 % en Guyane. Mais en parallèle, la déforestation minière a doublé au Suriname (+ 97 %) et presque quintuplé (+ 354 %) au Guyana pendant cette période.

En termes de ressources aquatiques, cette nouvelle étude estime que plus de 9 000km de linéaire de cours d’eau sont directement impactés par les activités minières dans la région, soit une hausse de 541% depuis 2001. La Guyane se caractérise par de forts enjeux sur la quasi-totalité des bassins versants, du fait de la large répartition des gisements aurifères sur le territoire. D’une manière générale, l’étude confirme une concentration d’impacts miniers dans la région transfrontalière du Maroni.

 A quelques semaines de la COP21, ce constat rappelle l’urgence d’une meilleure coordination transfrontalière en termes d’encadrement des pratiques minières et de traitement de l’orpaillage illégal, afin de limiter la déforestation aurifère et les impacts associés dans cette région amazonienne.

Le rapport complet (en anglais) est disponible à l’adresse suivante :http://www.wwfguianas.org/our_work/goldmining/monitoring_the_impact_of_gold_mining_on_forest_cover_and_freshwater_in_the_guiana_shield_/

  • Share

Observation exceptionnelle : un jaguar noir !

Les collègues du WWF US, en déplacement au Brésil, pour rendre compte des résultats du plus grand programme de protection de l’Amazonie, sont tombés sur LE symbole mythique de cette forêt : un jaguar mélanique… Comme chez d’autres espèces, les jaguars peuvent en effet apparaître totalement noirs, du fait d’une mutation génétique rare. Cette « panthère noire » version amazonienne est très rare, puisque seulement un faible pourcentage des jaguars naissent avec ce pelage. Nous savons que ce type de robe existe aussi en Guyane, comme en témoignent diverses photos prises localement. Alors ouvrons l’oeil, ça peut arriver à tout le monde de croiser un animal mythique, non ?

  • Share

Les cinq grands secrets de l’Amazonie et du climat

A quoi l’Amazonie sert-elle ? Doit-on vraiment considérer « l’océan vert » amazonien comme un élément fondamental de l’équilibre climatique de notre planète ? A quelques jours d’Earth Hour, une mobilisation pour le climat qui s’annonce bien vivante en Guyane, faisons le point sur l’importance des liens entre la forêt amazonienne et le climat !

>> Lire la suite

  • Share

Une base de l’orpaillage illégal enfin visitée par les forces armées

La fameuse base logistique de l’orpaillage illégal, « ilha bela« , située sur la rive brésilienne de l’Oyapock, au coeur du dispositif des Parcs Nationaux des Tumucumaque (Brésil) et de Guyane, a fait l’objet d’une intervention des forces de l’ordre brésiliennes mercredi dernier. Réalisée avec l’appui de la gendarmerie française, cette intervention illustre toute l’importance de l’accord bilatéral en cours de mise en place entre les autorités brésiliennes et françaises, qui coordonnent enfin leurs efforts. Le WWF s’en réjouit, et encourage les interventions de ce type, visant à faire baisser la criminalité, et les nombreux trafics autour de l’or illégal.

Zone d’application de l’accord franco brésilien de lutte contre l’or illégal.

  • Share
WWF France

©WWF Guyane 2009 - By NovaTerra - Propulsé par WordPress - Design librement inspiré du thème de Andreas Viklund