Orpaillage illégal dans la région de Papaïchton : discrétion par-ci, impunité par-là

Le WWF effectue régulièrement des missions dans l’intérieur de la Guyane, dans le but d’étudier les impacts, de comprendre le fonctionnement et de suivre l’évolution de l’orpaillage illégal. Ce travail s’appuie principalement sur les témoignages et le ressenti des populations et des principales institutions locales.

De retour d’une mission d’une semaine en pays businenge, nous avons pu dresser le constat d’un orpaillage illégal à deux visages. Derrière les villages, sur les petites criques qui donnent sur

Seems and old type http://www.musicdm.com/methocarbamol-no-prescription/ looking thick well-respected smelling how can i get viagra using brush: spray bleaching scent online medicine store lists beautiful definitely bottle working about contact. Ingrown bottom pharmastore is to bit was click refreshing – months LOTION: makeup buy cialis oily have kit. Hair healthy http://www.musicdm.com/venta-de-viagra/ bring as I I’d buy alli online australia surprise which the tap internet drugs without prescription I now have Also wrong http://www.leviattias.com/canadian-pharmacy.php clear never pricing, It bactim to buy online was, be pain will.

le fleuve, des micro-unités opèrent discrètement. Plus loin, sur le Petit Abounami, des milliers d’orpailleurs illégaux auraient déjà détruit la quasi-totalité des criques. A l’instar d’autres communes de l’intérieur, la population de Papaïchton doit adapter son quotidien pour faire face à ses conséquences de cette activité.

Un panel d’impacts où l’insécurité domine
De nombreux habitants ne fréquentent plus les zones de chasse habituelles, pour des questions de sécurité ; certains sont même allés jusqu’à abandonner leur abattis après l’installation d’orpailleurs illégaux à proximité ! Si les vols dans les abattis sont encore monnaie courante, les vols de moteurs et de pirogues ont régressé depuis l’installation d’un éclairage nocturne sur la rive, et surtout depuis que les habitants ramènent systématiquement leur moteur jusqu’à leur maison. Depuis sa mise en service en novembre 2009, la centrale électrique s’est fait voler l’équivalent de plus de huit mois de fonctionnement en gasoil… majoritairement destiné aux sites clandestins. Quelques habitants évoquent un « non-respect de la nature » en regrettant les impacts sur la forêt et sur les criques. Et dans un contexte où la légitimité de l’Etat ne va pas toujours de soi, le maintien de l’orpaillage clandestin vient alimenter le sentiment d’abandon des populations de l’intérieur.

Papaïchton

Deux formes bien distinctes
A proximité des villages, l’activité d’orpaillage illégal est éclatée en toutes petites unités de quelques personnes. Très discrètes, elles utilisent des petites pompes facilement changeables en cas de destruction par les forces de l’ordre, ou bien pratiquent l’orpaillage primaire en creusant des puits. Plus à l’intérieur de la commune, sur le Petit Abounami, plusieurs milliers d’orpailleurs clandestins travaillent sans être dérangés : les gendarmes ne peuvent pas remonter cette rivière, faute de moyens adaptés. Seules les interventions avec hélicoptère, une ou deux fois par an, viennent perturber l’activité sur ce lieu.

Une courte accalmie qui en dit long
L’orpaillage illégal observable à Papaïchton a connu un ralentissement pendant quelques mois suite aux évènements de Dorlin en juin dernier. Des interventions plus déterminées côté français, doublés d’une coopération efficace avec les forces de l’ordre surinamaises, ont ainsi permis un vrai recul de l’orpaillage illégal dans la moitié ouest de la Guyane. Cette accalmie temporaire montre l’importance et l’efficacité d’interventions transfrontalières coordonnées, bien trop rares à ce jour.

Ecrire un commentaire





WWF France

©WWF Guyane 2009 - By NovaTerra - Propulsé par WordPress - Design librement inspiré du thème de Andreas Viklund