Traçabilité de l’or : les analyses sont lancées !

 

On a longtemps cru que l’or était le même, quelle que soit son origine. Et c’est largement vérifié, car l’or ne contient des éléments traces (impuretés) qu’en très faible quantité, et seules ces impuretés peuvent renseigner sur l’origine du métal précieux. Mais des expériences réalisées ces dernières années en Afrique du Sud et en Australie semblent montrer que des techniques d’analyse de pointe permettent de connaître les teneurs en ces éléments traces, et ainsi de tracer des « profils en éléments traces »… caractéristiques de la zone d’origine de l’or. Le projet TAO*, pour « Traçabilité analytique de l’or » de Guyane, a pour but d’évaluer le potentiel de ces techniques d’analyse physico-chimiques poussées pour déterminer l’origine d’échantillons d’or dans la région du Plateau des Guyanes. >> Lire la suite

  • Share

Nouvelles de l’or et des frontières : le Haut-Maroni

De vendredi à dimanche derniers, le WWF a visité la commune de Maripasoula et notamment les villages amérindiens d’Elahé, de Taluen et de Twenké. Le bureau Guyane accueillait en effet des collègues du réseau WWF pour discuter les stratégies d’intervention dans le Plateau des Guyanes. Cinq Pays étaient alors représentés (USA, Suriname, Belgique, Pays-Bas, France). L’occasion idéale pour faire vivre à cette délégation internationale la réalité du terrain et notamment des enjeux transfrontaliers, si prégnants en Guyane.

Twenké, au-delà de sa tranquillité apparente, offre un condensé des problématiques environnementales et frontalières de l’intérieur guyanais

>> Lire la suite

  • Share

Lancement du dispositif BEST en « Amazonie européenne » !

L’Outre-mer européen s’étend sur plus de 150 territoires regroupés au sein de 34 entités politiques et administratives différentes. Ces espaces, qui couvrent une surface terrestre équivalente à la superficie de l’Europe continentale et la surface maritime la plus vaste au monde, concentrent de très forts enjeux de biodiversité. Aussi les Etats membres et la Commission Européenne se sont engagés en faveur de cette biodiversité ultramarine via le dispositif « BEST » : deux appels à projets, BEST I et II, ont été lancés en 2010 et 2011.

Suite à leur succès, la Commission a souhaité réfléchir à la mise en place d’un dispositif structurant de financement de la biodiversité et des services écosystémiques pour l’ensemble des Outre-mer européens. Plus spécifiquement, dans le cadre de l’initiative BEST III, la Commission européenne souhaite voir définir sept « profils écosystémiques » représentatifs de sept sous-régions de l’Outre-mer européen. En complément des stratégies nationales et régionales existantes, ces « profils écosystémiques » s’attacheront  à identifier les futurs axes d’intervention en faveur de la biodiversité.

La Guyane, du fait de son ancrage continental, jouit d’un positionnement particulier, puisqu’elle est identifiée à elle seule comme l’une des sept sous-régions, « l’Amazonie européenne ». Un profil écosystémique spécifique sera donc élaboré pour ce territoire, sous la coordination du WWF.

Et cela commence officiellement aujourd’hui, le mercredi 8 octobre 2014.

Vous êtes en Guyane et vous souhaitez participer à l’exercice ? Contactez nous !

  • Share

Indice 2014 du rapport « Planète Vivante »

10 380 populations de plus de 3000 espèces vivantes sont suivies de part le monde, et leur statut est publié tous les deux ans : c’est « l’indice Planète Vivante ».

Le rapport 2014 de cet indice « planète vivante » est alarmant, puisqu’il a décliné de 52% en l’espace de 40ans : les populations suivies ont en moyenne décliné de moitié !

Le rapport de synthèse est disponible ici.

La version complète est téléchargeable sur ce lien.

 

  • Share
WWF France

©WWF Guyane 2009 - By NovaTerra - Propulsé par WordPress - Design librement inspiré du thème de Andreas Viklund